Gepetto

WETASKIWIN, ALBERTA

Gepetto - 2010 lauréat

Gepetto a été adopté par la famille Sjogren il y a huit ans, alors qu’il n’était encore qu’un petit chaton au pelage roux. Petite boule de poil exubérante, Gepetto savait divertir les Sjogren grâce à ses loufoqueries avec ses amis à quatre pattes Missy, Itty Bitty Kitty et Libby, le carlin de la famille. À l’âge adulte, Gepetto est devenu un chat silencieux et très doux; c’est pourquoi son comportement au début du mois de décembre 2009 a attiré l’attention de Phyllis Sjogren juste à temps. 

La météo prévoyant un temps froid, des averses de neige et du vent, les Sjogren ont fait le plein de bois de chauffage et se sont préparés à passer une fin de semaine bien au chaud à la maison. À trois heures du matin, le lundi, Phyllis s’est réveillée d’un sommeil agité dans une maison froide. Elle a donc monté le thermostat, faisant fi d’un mal de tête grandissant, et elle s’est remise au lit.

Phyllis a à peine entendu son mari partir au travail vers 6 h du matin, grâce aux bouchons d’oreille qu’elle enfile régulièrement, mais rien n’aurait pu l’empêcher d’entendre ce qu’elle appelle «la terrible série de miaulements» provenant du sous-sol à 6 h 30 du matin.

À part un miaulement à l’occasion, les chats des Sjogren sont très silencieux. La détresse perceptible dans les cris de Gepetto a donc suffi pour inciter Phyllis à sauter du lit pour vérifier ce qui se passait. Lorsqu’elle s’est levée, Phyllis a réalisé que le mal de tête dont elle souffrait quelques heures plus tôt s’était transformé en une migraine très douloureuse, mais elle était déterminée à vérifier que son chat était en sécurité.

Arrivée dans la cuisine, Phyllis a été bouleversée de trouver Gepetto faisant tout un raffut en haut des marches de l’escalier du sous-sol. Malgré des haut-le-cœur de plus en plus envahissants et un sentiment d’étourdissement tel qu’elle éprouvait de la difficulté à marcher, Phyllis s’est penchée pour réconforter Gepetto et, une fois qu’il s’était calmé, elle est descendue au sous-sol. Maintenant bien éveillée, mais prête à se retourner dans son lit, Phyllis a appelé son mari pour lui raconter ses étranges symptômes. Alerté par la séquence des événements, Martin Sjogren a imploré son épouse de sortir de la maison immédiatement et de demander l’aide d’un ami travaillant à la société de gaz.

Les équipes d’urgence ont établi que le taux de monoxyde de carbone dans la maison des Sjogren s’élevait à 70 % et que Phyllis souffrait d’une intoxication oxycarbonée de niveau deux (le niveau trois entraîne la mort). Phyllis soutient que ce sont les cris de Gepetto qui lui ont sauvé la vie. Il a su exactement quand utiliser sa voix, lorsqu’il était temps de sauver la vie de sa maîtresse.